Vous êtes ici

Point presse du 18 novembre 2016

Par Jessy, Bintou, Gautier, Marc, Tom et Romain

Vu au CDI

L'obligation réelle environnementale, nouvelle technique civile de préservation de la biodiversité

Source : Bulletin Pratique Immobilier, n°5 Septembre 2016. Pages 4 et 5

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (08/08/2016) a été mise en place afin d'assurer une meilleure gestion et une préservation pérenne de l'environnement.

Les propriétaires de biens immobiliers peuvent conclure un contrat avec une collectivité publique, un établissement public ou une personne morale de droit privé agissant pour la protection de l'environnement pour mettre à leur charge des obligations réelles qui visent à maintenir, conserver, gérer ou restaurer des éléments de la biodiversité.
Le contractant peut être un conservatoire régional d'espace naturel ou l'Office national des forêts, par exemple.
Ces obligations réelles environnementales peuvent être utilisés a des fins de compensation des atteintes a la biodiversité.
Donc si un projet de travaux voit le jour, et que celui ci peut nuire à la biodiversité du site exploité alors la loi permet une compensation écologique. Celle ci est établie par contrat entre le débiteur de l'obligation et un opérateur. Cette compensation peut se traduire par le financement d'une réserve d'actifs naturels, le déplacement des espèces menacées, ou encore la création d'une obligation réelle environnementale.
Une fois actée, l'obligation se transmet aux acquéreurs successifs du bien.

 

Vu sur le web

L'apport immobilier moyen divisé par 3 en un an !

Par Hugo Baudino, le 17/11/2016, Latribune.fr

L'apport personnel c'est l'argent immédiatement disponible pour financer l'achat d'un bien immobilier. L'article nous indique que depuis deux ans l'apport personnel moyen est en baisse. En effet il est actuellement de 20729 euros, alors qu'il était de 57735 euros en 2015, et de 70000 en 2014. C'est la première fois depuis 2004 que celui-ci est en baisse. Cette baisse de l'apport s'accompagne d'une hausse du montant moyen emprunté, puisque celui-ci passe de 179000 à 199000 euros. Cette évolution est expliquée par le niveau des taux de crédit immobilier qui sont historiquement bas, car cela permet de diminuer le coût du crédit sur la durée et donc d'emprunter un montant plus élevé et par conséquent faire baisser leur apport personnel.

On remarque également des changement chez l'emprunteur, celui-ci devient plus jeune, puisque l'âge moyen passe de 37,6 en 2015 ans à 37,3 ans en 2016. Il s'endette également plus longtemps, en moyenne 19,1 ans contre 18,9 en 2015. L'auteur cloture l'article en annonçant une probable remontée des taux qui devrait entrainer une baisse des emprunts chez les ménages jeunes.

L'article complet ici

 

Le Brexit : une opportunité à saisir pour le marché immobilier français

 

lavieimmo.com, par Benoît Galy, le 14 novembre 2016

Le Brexit suscite énormément de questionnements dans de nombreux domaines et de nombreux pays.

Dans le marché de l'immobilier français, les têtes pensantes du secteur se demandent quels vont être les effets du Brexit. Le but étant globalement de ne pas bouleverser totalement les habitudes économiques qu'avait le Royaume-Uni, 2ème puissance européenne avec le reste de l'Europe, son principal partenaire commercial.

Les anglais sont les premiers investisseurs étrangers dans l'immobilier français avec 2,13%  des transactions totales du pays (avant surtout  des résidences secondaires mais aujourd'hui de plus en plus de résidences principales) et cette situation devrait perdurer car ces derniers ont représenté 34% des transactions des acheteurs étrangers en 2015 avec une augmentation de 44% par rapport à 2014.

3 explications :

- Qualité de vie appréciée de l'autre côté de la Manche avec un climat plus doux, des infrastructures de qualité et des services publics accessibles.

-Le prix à investir notamment pour les londoniens car quand ils achètent un bien à Paris à 450K € l'équivalent aurait couté 750K € à Londres.

-Taux d'emprunts : historiquement et durablement bas -scénario idéal pour l'investissement.

L'article complet ici

L'immobilier neuf et la construction durable

Site Vinci Immobilier Promotion

  • L'histoire de la construction durable :

La notion de construction durable est apparue lors de la crise pétrolière des années 1970. L'idée est alors venue de créer des logements consommant le moins d'énergie fossile possible, et ne présentant pas de danger pour la santé.

  • La construction durables et les considérations environnementales :

Construction durable ne signifie pas uniquement l'utilisation de matériaux de qualité, destinés à la solidité et la fiabilité de l'édifice. Chaque phase du projet est étudiée de manière à ce que l'édifice soit en accord avec son environnement. 

  • La construction durable et l'habitation :

La notion d'habitation durable se réfère à celle du développement durable : utilisation d'un minimum d'énergie fossile, recours aux énergies renouvelables. 

L'article complet ici
 

L'immobilier ailleurs

Investir dans l’immobilier Outre-Mer.

K&P Finance, par Antoine Tranchimand le 5 janvier 2016

L’investissement en Outre-Mer est une solution qui séduit les métropolitains et les ultramarins. Que l’objectif soit de se constituer une rente, de réaliser des économies d’impôt ou de bénéficier à terme d’une résidence secondaire ou principale, investir dans l’immobilier Outre-Mer ne manque pas d’atouts en 2016.

L’investissement permet de bénéficier de réduction d’impôts sur le revenu. Deux lois de défiscalisation coexistent sur l’Outre-Mer en 2016 : la loi Pinel Outre-Mer et la loi Girardin. La loi Pinel Outre-Mer octroie à l’investisseur une réduction d’impôt de 23 %, 29 % ou 32 % de la valeur du bien, à valoir sur 6, 9 ou 12 ans. Ainsi, un investissement de 200 000 € permettra d’économiser 64 000 €, soit 6 440 € par an pendant 9 ans puis 2 000 € par an pendant 3 ans supplémentaires (l’investisseur s’engage à garder le bien pendant 6, 9 ou 12 ans, à le louer durant cette période au titre de résidence principale et à respecter des plafonds de loyer et de ressources de locataires). La loi Girardin, qui s’applique aux permis de construire obtenus avant le 31 décembre 2012, permet de récupérer sur 5 ans une économie d’impôt égale à 26 % de la valeur du bien, plafonnée à 2 438 €/m². Un bien vendu 200 000 € et en-dessous du plafond de 2 438 €/m² octroiera donc 52 000 € d’économies d’impôt sur 5 ans, soit 10 400 € par an (l’investisseur s’engage à garder et louer le bien pendant 6 ans dans des conditions de loyer et de ressources des locataires plus permissives que dans la loi Pinel).

L’investissement en Outre-Mer est possible sur des territoires extrêmement variés, les 5 DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion et Mayotte) et des COM (Polynésie Française, Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna, Saint-Martin et Saint Barthélémy) et aussi de la Nouvelle Calédonie.

Investir en Outre-Mer est l’une des solutions les plus performantes en matière de défiscalisation. Mais attention l’investisseur voulant acquérir un bien en Outre-Mer doit être d’autant plus vigilant. Il doit s’assurer que les données présentées par le vendeur correspondent à la réalité du marché.

L'article complet ici